Jacques Heim en mots et dessins blancs et noirs…

Mode, parfums, magazine, président de la chambre syndicale de la couture parisienne : je vous propose aujourd’hui un article consacré à un grand monsieur couturier français, Monsieur Jacques Heim. Ce dernier a été également costumier pour le théâtre et pour le cinéma et ses influences artistiques se reflètent à travers ses magnifiques créations. Découverte biographique, artistique et mode de son univers…

Jacques Heim et la fourrure

Les parents de Jacques Heim étaient des fourreurs qui avaient ouvert un atelier de fourrures à Paris en 1898. Jacques Heim a donc grandi entouré de fourrures, de mode et de créations et il s’en est beaucoup inspiré pour créer ses robes et manteaux. Sa ligne « Haute Fourrure » a d’ailleurs participé à sa grande renommée : Chanel ou Poiret lui ont confié certaines créations de leur collection. Le « lapin Heim » était une référence à cette époque.

C’est en 1930 que l’atelier de fourrures Heim devient la maison de couture Jacques Heim. Les créations de Jacques Heim se caractérisent alors par un classicisme et un sens pointu des proportions qui traduisent la mode de l’époque avec une simplification des formes et un déploiement de nouvelles matières.

Précurseur dans la mode

Mêlant art et mode, il a travaillé avec l’artiste peintre Sonia Delaunay pour créer de nombreuses tenues aux influences artistiques colorées, notamment en 1925, année durant laquelle Sonia Delaunay et Jacques Heim participent à l’Exposition Internationale des Arts Décoratifs et Industriels Modernes à Paris et proposent une nouvelle vision du vêtement qui mêle peinture et créations textiles. Leur « boutique simultanée » propose des créations qui marient couleurs et imprimés géométriques, novateurs pour l’époque. Ce sont de véritables « tableaux textiles » qu’ils ont façonné !

Précurseur dans le milieu de la mode, Jacques Heim créa en 1932 « Atome », un maillot de bain deux pièces qui est en réalité l’ancêtre du bikini. Malgré le peu de succès reçu car les dames de l’époque ne sont pas encore prêtes à dévoiler autant leur corps, ce maillot de bain au soutien-gorge à volants et avec sa culotte bouffante inspirera les premiers bikinis.

Il fait une part belle au coton pour les créations de sa collection printemps-été 1934, une matière tout à fait inhabituelle pour les collections de haute-couture, pour l’époque. En effet, la soie, l’organdi ou la mousseline étaient préférées au coton.

En 1937, sa collection « Spécial Eté » apparaît comme une révolution dans le monde de la mode et entraîne la création d’un département « Heim Jeunes Filles » au sein de sa maison de couture. Caractérisée par des créations fraîches et simples destinées aux jeunes filles, cette collection met en lumière le prêt-à-porter de luxe, version Jacques Heim. Soie, dentelles, matières souples et agréables à porter, la collection marient romantisme et légèreté, telle une belle métaphore de la jeunesse…

Développement du prêt-à-porter

Jacques Heim préside la Chambre syndicale de la couture parisienne de 1957 à 1962 et amorce la période de transition entre un certain déclin de la haute-couture qui annonce l’avènement du prêt-à-porter dans le monde de la mode. Ses créations illustrent d’ailleurs ce changement dans la mode avec des collections moins coûteuses que les collections haute-couture. Il est alors possible de parler de prêt-à-porter de luxe avec ses collections « Heim Jeunes Filles » ou encore « Jacques Heim Actualité ».

Il rassemble également des créateurs, tels Lanvin, Nina Ricci ou encore Carven, pour fonder un groupe qui développe le prêt-à-porter et la création afin de faire un peu plus de lumière sur les créations de prêt-à-porter, qui n’aura de cesse de se développer par la suite… Jacques Heim était donc, en avance sur son temps, un couturier et artiste qui a permis à la mode de se démocratiser, pour notre plus grand bonheur !

Vous pouvez retrouver tous les magnifiques dessins de Jacques Heim par ici et vous pouvez retrouver mes autres articles sur les croquis de mode ici ou encore avec cet article sur les magnifiques dessins de mode de Marc Bohan.

L’élégance dessinée de Marc Bohan pour Dior

Je vous propose aujourd’hui un article qui parle d’élégance, de style, d’histoire et de mode ! Je vous avais déjà parlé de la mode et des croquis et notamment de mon ami Stanislas Jung qui les collectionne et les vend grâce au cabinet d’art qu’il a crée. C’est d’ailleurs grâce à lui que je peux vous présenter aujourd’hui ces dessins de toute beauté. Voyage dans l’univers du couturier français Marc Bohan à travers ses créations dessinées.

Marc Bohan, couturier chez Dior

Marc Bohan est un couturier français qui a dessiné et crée des tenues pour Dior pendant une trentaine d’années. C’est en 1957 que Marc Bohan intègre la maison Dior après avoir fondé sa propre maison de couture et avoir travaillé notamment pour la maison de couture Jean Patou. Créateur après la mort de Monsieur Dior, directeur artistique du prêt-à-porter, il remplace ensuite Yves Saint Laurent –alors parti en service militaire- en tant que directeur artistique de la haute couture.

C’est lui qui lance Baby Dior puis Christian Dior pour Monsieur : il sait parfaitement s’adapter aux nouvelles demandes des clients et aux évolutions de la mode, ce qui lui vaut deux Dés d’or (un en 1983 et un autre en 1988). Il quitte la maison Dior en 1989 pour laisser place à Gianfranco Ferré.

Les créations marquantes de Marc Bohan chez Dior

Il présente sa première collection griffée Dior en 1961 : Slim Look. En 1967, il dirige la ligne Miss Dior, première ligne Dior de prêt-à-porter. La même année Marc bohan lance la ligne Baby Dior, une ligne pour les enfants de 0 à 3 ans. C’est enfin en 1970 qu’il crée la ligne homme Christian Dior Monsieur, qui devient par la suite Dior Homme. Jackie Kennedy, Caroline et Stéphanie de Monaco, Isabelle Adjani, Brigitte Bardot, Maria Callas : de nombreuses femmes d’art et de pouvoir ont été habillées par Marc Bohan tout au long de sa carrière de couturier chez Dior.

Discret et talentueux, Marc Bohan dessine de magnifiques ensembles composés de couleurs sublimes que l’on peut percevoir à travers ses croquis. Son œil de coloriste hors-pair a su sublimer les femmes grâce à ses coupes parfaites et ses teintes Ses tailleurs épaulés des années 80 participent notamment à accentuer l’allure et la prestance féminine. Ses couleurs et ses coupes n’ont pas révolutionné l’histoire de la mode mais elles illustrent cependant parfaitement l’élégance, la beauté et le raffinement qui la caractérise…

Démocratisation du luxe : utopie ou réalité ?

Je souhaitais m’arrêter aujourd’hui sur un thème qui me tient à coeur : la démocratisation du luxe. Dans notre ère contemporaine, il semble que le luxe semble de plus en plus se démocratiser, notamment si on pense aux collaborations entre marques de haute-couture et marques de prêt-à-porter abordables telles H&M et Balmain ou encore Mademoiselle Agnès et Tati, sans oublier Garance Doré et Massimo Duti.

J’ai donc décidé de partager avec vous une réflexion plus générale sur le luxe et sa démocratisation à travers des publicités de marques haute-couture et des tableaux représentant la royauté française afin de comprendre si les codes utilisés pour représenter la luxure ont évolué et permettent de dire que le luxe se démocratise réellement… ou non !  Petit tour de la question en mots et en images !

publicite-mode-louis-vuitton-novembre-2012-vogue

Le luxe : un fait social ? 

Le luxe semble être un « fait social total » qui met en lumière tous les aspects de la vie quotidienne et décline les différents enjeux contemporains à travers son récit. Quand le luxe se raconte, il raconte aussi la vie, sa sociologie, sa sémiotique, ses idéologies, son imaginaire, son art. Cette narratologie du luxe a particulièrement retenu mon attention et c’est pour cette raison que j’ai souhaité la développer et l’analyser.

Le domaine du luxe m’intéresse particulièrement et j’ai donc essayé de comprendre le rapport entre la communication de certaines marques de haute-couture française et l’art de la mise en scène dans les messages visuels qui semblent inhérents à un univers où faste, apparat et étalage sont le vocabulaire le plus courant.

Est-on donc dans une idéologie liée au rêve et à l’imaginaire spectaculaire ou serait-on dans une idéologie plus sociologique où classes sociales et pyramide sociale seraient les mots clés ? Est-on dans une idéologie liée au rêve et à l’imaginaire spectaculaire ou serait-on dans une idéologie plus sociologique où classes sociales et pyramide sociale seraient les mots clés?

la-marquise-de-pompadour-quentin-delatour-tableau-louvre

Comment le luxe se raconte aujourd’hui dans les publicités contemporaines ? 

Ne se cacherait-t-il pas derrière cette mise en scène des références historiques liées aux classes dominantes de la société ? Une classe dominante qui célébrait et racontait « son luxe » à travers les portraits de peintres célèbres.

Se profile alors un paradoxe du luxe français aujourd’hui : à l’heure de la démocratisation du luxe, la communication visuelle sert-elle ce principe de démocratisation ? Et en quoi le sert-elle ou non ?

La communication visuelle semble la plus représentative de l’idéologie de la mode de luxe: entre spectacle et art de la mise en scène où se situe réellement la tromperie à laquelle le spectateur peut être confrontée ?

Cette démocratisation est-elle réellement en train de se faire ou est-ce un leurre pour faire croire à un luxe plus accessible alors qu’il demeure toujours l’apanage d’une classe sociale, tout comme il l’était à l’époque de la royauté en France ?

publicite-givenchy-septembre-2012-vogue

Je vous invite à parcourir les différentes analyses de la communication des marques de luxe à travers leur publicité que j’ai exploré sur mon blog telle cette publicité Chanel, cette publicité Céline ou encore cette publicité Chloé.

J’ai également parcouru et tenté de déchiffrer certaines peintures qui représentaient la royauté française tels ce portait de la marquise de Maintenon ou encore le portrait de Marie-Thérèse Louise de Savoie Carignan, afin de vous faire une idée plus claire sur cette possible démocratisation du luxe. Et vous, que pensez-vous de la démocratisation du luxe ?

Rencontre animale dans la mode…

Je vous propose aujourd’hui un voyage mode à travers le règne et le monde animal grâce à des à représentations d’animaux dans le milieu de la mode, que ce soit pour des créations textiles ou des photographies de mode qui ont retenu mon attention. Pour ceux qui ne le savent pas, je suis passionnée, respectueuse et amoureuse des animaux et notamment des chats. C’est pour cette raison que j’ai choisi aujourd’hui deux thèmes qui représentent les chats dans la mode avec les créations adorables d’Hiroko Kubota et les magnifiques photographies de Kim Kyung Soo. J’admire également la grâce et l’élégance des chevaux et c’est pour cette raison que j’ai décidé de redécouvrir la séance photographique de Kate Moss pour Tim Walker Beauty and the Beast. Quand la mode part à la rencontre du monde animal…

The Full Moon Story de Kim Kyung Soo pour Vogue Corée

kim-kyung-soo-photographie-mode-art-animal-vogue-coree

J’ai découvert ces superbes photographies de l’artiste Kim Kyung Soo qui respirent la beauté et la douceur. Kim Kyung Soo a crée ces photographies pour l’éditorial de Vogue Corée en 2012. A travers ses envoûtantes photos il met à l’honneur et rend hommage aux somptueux hanboks qui sont les habits traditionnels coréens et sont portés notamment lors du « Chuseok » qui est la fête traditionnelle la plus importante en Corée. Les coiffures géométriques forment un contraste intéressant avec les robes volumineuses. Les chats présents sur les photographies renforcent l’aspect mystique et sacré de ces œuvres d’art photographiques. Les modèles semblent être des poupées de porcelaine qui ont pris vie dans une toile de peinture pastel. La délicatesse et douceur de ces photos font également écho aux chatons et au pelage soyeux des chats, un monde de douceur où animaux et hommes forment une belle harmonie…

kim-kyung-soo-vogue-coree-art-photographie

Les broderies animales d’Hiroko Kubota

hiroko-kubota-broderie-bulldog-chemise-mode hiroko-kubota-mode-chemise-chat-broderie

Ces broderies ont une adorable histoire qui a donné naissance à la création de ces chemises originales pour les amoureux des chats. En effet, la créatrice habille son fils avec ses créations et c’est suite à une de ses demandes qu’elle a commencé à créer des chemises et des accessoires (sacs, boîte à bijoux…) où chats, chiens et lapins font leur apparition. Hiroko Kubota immortalise avec douceur et sensibilité les poses de nos amis les animaux pour un rendu incroyablement réel. A vous de choisir quelle humeur animale vous convient le plus !

hiroko-kubota-mode-chat-chemise-broderie

« Beauty and the Beast », Kate Moss, le cheval et Tim Walker

kate-moss-tim-walker-photographie-mode-animal-art-vogue the-beauty-and-the-beast-kate-moss-vogue-italie-2015

Pour finir sur ma série sur la mode et les animaux, j’ai sélectionné ces superbes photographies de Tim Walker pour Vogue Italia de Décembre 2015 qui a fait poser Kate Moss avec des chevaux de toute beauté. Ces photos sont de véritables œuvres d’art artistiques qui mettent en lumière la majesté du mannequin Kate Moss ainsi que la majesté de ces chevaux blancs. Majesté humaine et animale se rencontrent pour former un bal de splendeur et beauté. Le jeu entre « la belle et la bête » illustre une danse qui mêle force, royauté, beauté et splendeur que le photographe Tim Walker a su parfaitement mettre en scène. Splendeur d’une reine de la mode, splendeur d’un des plus beaux animaux : la mode a su trouver un langage pour réunir la beauté majestueuse animale et humaine…

kate-moss-tim-walker-vogue-italia-2015 mode-art-photographie-vogue-kate-moss-tim-walker

 

La mode vue du croquis !

Petit détour du côté des croquis de mode aujourd’hui pour découvrir les créateurs autrement que par leurs défilés, médias ou films. On a parfois tendance à oublier que ce sont de vrais dessinateurs professionnels qui dépeigne la mode sous un coup de crayon artistique et magique. Voici donc une petite sélection de croquis que j’aime beaucoup pour mettre en lumière la mode, de façon illustrée.

croquis-christian-lacroix

La mode à l’état purement artistique

croquis-christian-lacroix-mode-et-art

dessin-de-mode-yves-saint-laurent

Ce qui me plaît, à travers le croquis, c’est cette vision pure de la mode. Le dessin n’a aucune retouche, aucune superficialité : le vêtement fait réellement corps avec la femme qui est dessinée. Le dessin m’a toujours fasciné par sa capacité à pouvoir retranscrire les mouvements, la féminité et la sensualité du modèle. Certains croquis d’Yves Saint-Laurent sont d’ailleurs à admirer en ligne sur le site de la fondation Pierre Bergé.

yves-saint-laurent-planche-de-croquis-mode

christian-lacroix-createur-artiste-dessinateur

La mode se fait spectacle

croquis-jean-paul-gaultier-madonna

Pièces de théâtre, films, concerts, spectacles : les créateurs inventent et habillent les personnages de nombreux mondes. Les croquis des créateurs rappellent aussi

croquis-jean-gaultier-mode-dessin

que ceux-ci sont des créateurs de rêves et de spectacle, à l’image de Jean-Paul Gaultier qui a crée de nombreux costumes de scène pour Mylène Farmer ou Madonna. Yves Saint Laurent a, par ailleurs, dessiné et habillé de nombreux personnages de théâtre comme Le Mariage de Figaro, Belle de Jour. Les bals sont aussi des évènements qui prêtent au dessin de croquis pour parer les belles qui s’en vont danser. Je ne sais pas ce que vous en pensez mais ces croquis de créateurs me font penser à des dessins de conte de fée ou de princesse, où chacune de nous peut se parer, à travers le crayon, d’une robe, le temps de briller le temps d’une soirée…

croquis-karl-lagerfeld-bal-rose-chanel-mode-art

croquis-mode-jean-eden-etude-veste-fourrure

Je vous invite à découvrir l’univers et le site de mon ami Stanislas Jung qui s’attache à collectionner de magnifiques croquis de mode de nombreux artistes tels que Georgio Benayoun ou encore Jean Eden, pour ne citer qu’eux. J’avais déjà eu l’occasion d’écrire un article sur son entreprise et projet de croquis de mode pour découvrir son univers que vous pouvez retrouver ici.

croquis-mode-elegantes-georgio-benayoun

Visuels : meltyfashion, interstyleparis,lexpress.fr,luxemagazine,tendancesdemode, vogue.fr.

Analyse d’une publicité Céline : étude de la communication des marques de luxe

Analyse d’une publicité Céline aujourd’hui pour continuer sur ma lancée de l’exploration des publicités des marques Haute-Couture ! Je vous avais déjà fait une ébauche de réflexion grâce à cet article sur la communication de la marque Chanel pour une de ses publicités ou sur le luxe et sa démocratisation en général. Aujourd’hui je développe la communication de la marque Céline à travers une de ses publicités.

Publicité Céline pour étudier la communication des marques de luxe

Mise en scène technique et picturale

Le nom de la marque apparaît au milieu de la photo, au milieu du croisement des points forts, juste sur le mannequin au niveau de la poitrine, elle est écrite en noir sur un fond couleur safran (couleur du manteau), ce qui permet une visibilité parfaite du nom de la marque sans qu’elle n’empiète trop sur la publicité en elle-même.

Le décor de cette publicité nous transporte dans un univers indéfini : vert, rose, blanc, brun, safran, les couleurs contrastent et s’appellent, ce qui laisse le spectateur dans un flou chromatique. Le cerisier du Japon et le cactus qui délimitent le cadre de la publicité nous invitent à un voyage à travers l’Orient et les pays chauds (pour le cactus). Cet univers oriental composé de fleurs, de feuillages reflète un côté fantaisiste et un peu fouillis qui contraste avec la rigidité et la froideur du mannequin ainsi qu’avec le fond blanc du mur situé en arrière-plan.

L’aspect dénudé du décor facilite le maintien du regard sur l’objet en promotion et sur le couple personnage / produit. La netteté maximale favorisée par le flash renforce aussi le côté esthétique et idéologique de la perfection.

Publicité Céline pour étudier la communication des marques de luxe

Vocabulaire du luxe : mise en scène de la femme et des produits 

Droit, soutenu, sans aucune crispation perçue : la maîtrise du corps et de son maintien est parfaite. Malgré l’impression de décalage vers la droite du à la construction de l’image en diagonale, le spectateur n’a pas l’impression que le mannequin tombe. Les mains détendues le prouvent encore : la pochette est tenue et aucune crispation –qui pourrait être du au déséquilibre- ne se fait ressentir.

Le visage s’inscrit par contre dans une position frontale : il se positionne face à l’objectif. Le mannequin apparaît ici tout d’abord comme le présentoir des produits en promotion à travers la photo. Le manteau et le sous-pull qui sont les vêtements mis en exergue dans la photo enveloppent et couvrent totalement le corps de la femme, ainsi ce n’est pas le corps ou le physique de la femme qui est important mais le vêtement en lui-même.

La sobriété des formes met en lumière un dépouillement qui accentue le côté chic et luxueux du vêtement et rehausse le produit. Le manteau et le sous-pull semblent envelopper la femme comme un cocon ce qui donne un côté rassurant et cocooning au vêtement. Les vêtements Céline prennent soin de vous, de votre corps et vous protègent chaque jour. Le seul accessoire de cette image est la pochette noire que le mannequin tient dans sa main gauche. Cet accessoire a ici une signification particulière car elle est signe de richesse et de raffinement. Le vernis, le noir et le crocodile qui font d’elle les trois éléments majeurs de sa définition font référence au luxe et à la richesse. De plus, la pochette est souvent portée lors de cocktails ou de soirées mondaines ou il n’y a pas besoin d’emporter grand-chose avec soi étant donné qu’on va à la soirée pour quelques heures.

Une impression ressort de l’expression de ce mannequin : elle semble figée, telle une poupée de cire, sortie d’un univers inconnu. La marque Céline reflète alors la marque du futur, indémodable, celle qui sera toujours et éternellement portée.

Publicité Céline pour étudier la communication des marques de luxe

Une femme, un regard, un spectateur

Le spectateur semble mis en position de voyeur ou de paparazzi : la position de ¾ qui contraste avec la position frontale du visage souligne le fait que le visage se tourne expressément pour regarder l’objectif. Le regard est un regard plutôt de reproche, limite provocateur, on peut facilement sous-entendre la question « qu’est-ce qu’il y a ? ».

Le spectateur est donc pris en considération mais de façon négative. Le mannequin lui fait plus comprendre qu’il dérange et qu’il n’a pas à la regarder ou la suivre, la fixer. Le regard exprime aussi une pointe de mépris pour aussi montrer l’aspect méprisable ou reprochable du voyeurisme éventuel.

Nous sommes ainsi dans une relation complémentaire où la femme se retrouve en position de dominante car elle semble positionner le spectateur dans le rôle d’un  vulgaire paparazzi qui traque la femme Céline. Le spectateur a pu se croire supérieur et se placer dans une position dominante en traquant la femme mais celle-ci le place, par le biais de son regard et de sa position corporelle, dans une position de dominé, et qui plus est, un dominé pathétique.

Analyse d’une publicité Chanel : étude de la communication des marques de luxe

Je continue aujourd’hui sur mes analyses de la représentation du luxe à travers des publicités de luxe plus récente et non à travers des tableaux comme celui-ci que je vous présentais à propos de Marie-Thérèse Louise de Savoie Carignan. Je me suis donc intéressée aujourd’hui à la représentation de la femme et du luxe à travers cette publicité Chanel. Bienvenu dans cet univers luxueux un peu spécial…

Publicité Chanel, numéro septembre 2011 Vogue

Vocabulaire du luxe : mise en scène de la femme et des produits

La posture de la femme traduit une pose provocatrice et alléchante, limite triviale, soulignée par les collants qui font penser à des porte-jarretelles. La position sexuelle de la femme est filée par l’expression de son visage qui apparaît dur et sexuel : la bouche entrouverte, les dents serrées, le regard fixant le poudrier.

La femme Chanel se veut fatale, dominatrice et sait ce qu’elle veut. La chair blanche du visage et le maquillage en font une poupée qu’on utilise à des fins de promotion d’une marque, une barbie des temps modernes qui emprunte aux traditions asiatiques son maquillage et sa tenue.

Mais la femme Chanel pourrait aussi être un des modèles de la femme moderne : une femme-enfant aux côtés stricts et sérieux et qui, en même temps, a besoin de fantaisie et de se sentir sensuelle et désirée. Le maquillage rose sur les sourcils et la bouche peint une femme enfant, poupée de cire qui veut être grande, ou tout du moins le faire paraître. Les cheveux teintés en gris marquent, à nouveau, le contraste entre le côté adulte –presque âgée- de la femme et son côté juvénile et innocent avec les grosses fleurs blanches accrochées dans ses cheveux.

Les fleurs apportent un côté puéril et innocent : le blanc des fleurs peut d’ailleurs faire référence à la pureté, illustrée aussi par le chemisier blanc porté, à la fois classique et guindé avec son col lavallière et ses boutons de manchette. Enfin, les deux petites feuilles de la fleur accrochée au niveau du front peuvent rappeler les deux cornes –inversées- d’un petit diablotin qui contraste avec la blancheur et la pureté de la fleur.

Les vêtements chics et classiques-jupe droite en tweed gris, chemisier à col lavallière avec boutons de manchette aux poignets-  illustrent un aspect très chaste et très sérieux qui contraste avec l’aspect aguicheur et allumeur du mannequin. La femme Chanel est faite de contrastes en tout genre. Tout comme elle peut correspondre à tout le monde, elle ne peut, en même temps, correspondre à personne.

Une femme, un regard, un spectateur

publicite-chanel-analyse-luxe

La position de profil, donc non-frontale, de la femme favorise un effet de proximité : elle n’est pas en confrontation avec le spectateur. Cependant, celui-ci n’est pas pris en compte de façon directe dans cette publicité : la femme ne le regarde pas et ne tente pas d’établir une relation directe avec lui. Le spectateur se doit de s’inventer sa propre histoire sur la photo.

Toutefois, la position aguicheuse du mannequin entraîne une relation indirecte avec le spectateur qui peut, soit apprécier la scène, ou au contraire la dénigrer en la jugeant provocante. Ainsi, le mannequin se donne à voir et sa position suggère qu’elle souhaite une réaction ou une attention de la part de l’extérieur.

La publicité s’inscrit dans une relation complémentaire où la femme est dominatrice, elle l’illustre à travers son regard et son visage qui ne laisse transparaître aucune complicité et laisse plutôt apparaître de la dureté et un côté bestial et sexuel.  Le poudrier apparaît alors ici un peu comme le miroir de la belle-mère de Blanche-Neige, comme si le mannequin se demandait « Dis-moi, miroir, qui est la plus belle ? », elle semble aussi poser cette question au spectateur à travers son style et son attitude provocateurs. La femme Chanel demeure un mystère difficile à décoder et à traduire.

Luxe, royauté et peinture au XVIIIème siècle…

Article culture et histoire de l’art aujourd’hui avec l’analyse de ce magnifique tableau de Louis Edouard Rioult représentant Marie-Thérèse Louise de Savoie Carignan. L’idée est de comprendre la représentation du luxe et de la mode à travers la royauté, notamment à travers ce  tableau de peintres du XVIIIème siècle.

J’ai également fait des analyses  de publicité contemporaine afin de voir comment était abordé le thème et la représentation du luxe : c’est par ici si vous souhaitez en savoir plus avec cette analyse de tableau ou cette analyse de publicité.

Vocabulaire du luxe : mise en scène de la femme

Analyse de la représentation du luxe à travers un tableau

La princesse de Lamballe est à l’origine d’un chapeau de paille inventé en 1779 par Rose Bertin. En effet, la princesse était une des clientes attitrées de la modiste Rose Bertin. Celle-ci lui confectionna alors un chapeau de paille recouvert par une gaze blanche que la princesse porte sur ce tableau. On a pourtant l’impression qu’elle ne porte pas de chapeau et que seule une couronne de fleurs enrubannées est posée sur sa tête. La couronne exprime notamment le rang social de la femme : c’est une princesse, elle ne peut donc porter une couronne en or, classique, mais elle mérite d’être tout de même couronnée.

Le peintre a représenté les cheveux de la femme de façon très réaliste : elle semble ne pas avoir de perruque et ces cheveux châtains clairs illustrent son jeune âge, une illustration reprise dans tout le tableau grâce aux couleurs roses et blanches qui expriment la pureté, la virginité et une douceur extrême. Le port des fleurs était très à la mode, la rose est d’ailleurs la fleur qui sied à la noblesse. Le chapeau de la princesse a aussi des myosotis et les feuilles des roses ajoutent de la douceur grâce à la couleur bleu pastel des myosotis.

Le port de cette robe apporte un côté simple et naturel au portrait. Cet aspect naturel est repris par la coiffure qui semble naturelle et par la présence de la couronne fleurie. La femme et la rose ne semble faire qu’un : elles sont aussi délicates et raffinées l’une que l’autre. Les volants qui entourent le décolleté entrainent aussi un effet de légèreté et de grâce, repris par le fichu qui cache le profond décolleté.

Le ruban noué au niveau de la poitrine rappelle les couleurs des roses du chapeau et les rubans que l’on aperçoit derrière le chapeau. Le ruban était un accessoire très à la mode qui servait aussi le langage amoureux. La princesse apparaît ici comme une vierge pure dont la jeunesse est représentée aussi par le ruban car cet accessoire était moins clinquant que les diamants ou les plumes portées par les femmes du monde.

Le peintre a réussi à traduire en peinture cette jeunesse et cette légèreté grâce aux jeux de transparence notamment si on regarde la voilette, mais aussi si on observe les volants. La princesse apparaît alors très fraîche…comme la rose du matin !

Une femme, un regard, un spectateur

Analyse de la représentation du luxe à travers un tableau

La princesse est représentée en position ¾ favorisant un effet de non-confrontation, son visage est doux et elle esquisse un sourire. Elle exprime de la sérénité et de la douceur ce qui permet au spectateur de ne pas se sentir rejeté.

Cependant, elle reste une princesse et tient son rang car elle n’exprime en aucun cas une relation de proximité qu’elle souhaiterait établir avec le spectateur. Sa posture et son visage demeurent très dignes et droits malgré le léger mouvement du visage penché vers la droite. La princesse apparaît aussi bienveillante grâce à son mouvement du visage ce qui permet de toucher plus facilement le spectateur qui la trouvera « touchante ».

Cj Hendry ou la mode en trompe-l’œil

Hommage à l’art, au dessin, à la création et à la mode avec l’artiste Cj Hendry sur le blog ! Cette artiste incroyable met en lumière la mode d’une manière plus réelle que nature. J’ai été subjuguée par son talent pour pouvoir donner vie à des chaussures, des vetements, des marques, des styles. Je vous propose une découverte de son univers dans cet article…

artiste-trompe-loeil-cj-hendry-trompe-loeil-chaussures-saint-laurent

cj-hendry-artiste-mode-art cj-hendry-artiste-trompe-loeil-chaussures

Quand j’ai découvert cet article, ces photos et cette vidéo, je me suis tout de suite dit qu’il fallait que j’écrive un article sur cet artiste à part. Je n’ai pas réussi à trouver d’informations pour contacter Cj Hendry directement, elle est en effet très discrète et hormis son compte Instagram que voici si vous souhaitez la suivre et admirer ses créations quotidiennes.

cj-hendry-dessin-chanel-trompe-loeil-mode

cj-hendry-dessin-mode-trompe-loeil-chanel-n5

cj-hendry-artiste-trompe-loeil-marque-luxe-chanel-n5

Cj Hendry c’est donc une artiste qui joue avec l’illusion et désillusion de la mode. Elle peint en trompe-l’œil des pièces de couture et marques de luxe. Chanel, Louboutin, Yves-Laurent et j’en passe : toutes ses œuvres offrent un point de vue différent et à la fois tellement réel des créations de ces marques. La précision et la qualité de ses dessins m’ont époustouflé. La mode et l’art ne font réellement plus d’un grâce à ces dessins trompe-l’œil de Cj Hendry, ça aurait été une faute grave de ne pas vous faire partager cette découverte sur mon blog qui parle de mode… et d’art ! Je vous laisse découvrir d’autres de ses dessins ci-dessous et surtout une vidéo où vous pouvez admirer son travail.

My Timeless Classic from Cj Hendry on Vimeo.

cj-hendry-artiste-mode-art-sac-chanel


cj-hendry-chaussure-mode-art-stiletto

 

 

A la découverte des chambres haute-couture des hôtels des stylistes !

L’été étant déjà bien arrivé, je vous propose aujourd’hui de partir en voyage à la découverte des hôtels des stylistes pour découvrir leur chambre haute-couture et profiter de leurs créations design artistiques ! Bien que les stylistes soient plus connus pour habiller les élégantes que pour dessiner leurs chambres, il semble également original de s’attarder sur la façon dont ces stylistes expriment leur style à travers l’architecture. Je vous ai donc fait une sélection des hôtels que je trouvais particulièrement impressionnants par leur style et leur élégance.

Les hôtels Versace 

Hôtel de styliste : Versace

D’où nous vient cette mode de construire des hôtels au nom des stylistes ? C’est une mode qui est arrivée en 2000 notamment avec Versace qui a créé le premier établissement du genre avec le Palazzo Versace. La famille Versace a choisi un endroit approprié pour illustrer et construire son style architectural : la Gold Coast australienne. Les Australiens disent d’ailleurs que c’est “l’un des plus beaux hôtels Hôtel Versace haute-couturedu pays” ! Ceci ne semble pas vraiment étonnant quand vous connaissez le style Versace : élégance et opulence au rendez-vous mêler à un édifice classique. Une seule chose à dire : leur hôtel en vaut le détour! La styliste Donatella Versace a d’ailleurs également construit un deuxième Palazzo Versace à Dubaï, cela nous donne de nouvelles destinations de voyages pour pouvoir aller admirer les hôtels de nos stylistes ! Missoni, Armani, Dolce & Gabbana, Bulgari : la plupart des créateurs italiens ont donc été conquis par cette initiative de Versace et souhaitent, eux aussi, faire partie de la course à la création de l’hôtellerie de luxe.

Hôtel de haute-couture, l'hôtel de Versace

L’hôtel Missoni

Hôtel Missoni à Edimbourg

Missoni a choisi d’édifier son premier hôtel à Edimbourg en 2000. Il a préféré le charme et l’esprit écossais plutôt que la chaleur australienne pour bâtir l’hôtel qui incarne sa marque. Missoni représente aussi une nouvelle génération d’hôtels appelés Lifestyle. Qu’est-ce que cela signifie ? Ce sont des Chambre haute-couture Missonihôtels qui offrent un confort 5 étoiles (ce qui n’est pas étonnant pour des créateurs de luxe!) avec une grande sélection de chambres pour pouvoir héberger toutes sortes de personnalité : cela peut aller d’un président à une star en passant par un riche industriel. Missoni s’est inspiré de la culture orientale pour construire son hôtel de grand prestige à Koweït City. Style et glamour sont les maîtres mots de ses 2 hôtels avec vue sur le golfe persique pour l’un et sur le victoria mile, pour l’autre. Restons honnête, il est sûr que les prix sont inabordables hormis si vous gagnez au loto ou si vous avez économiser pendant de nombreuses années mais il n’est pas interdit de rêver un peu. La nuit en amoureux vous reviendra un peu cher mais elle sera, pour sûr, une des plus « stylées » de votre vie !

Chambre haute-couture de l'hôtel Missoni

L’hôtel Giorgio Armani

Hôtel haute-couture Armani à Dubai

De son côté, Giorgio Armani a ouvert son premier hôtel dans la tour Burj Khalifa de Dubaï en avril 2010. Son idée ? Faire de Dubaï un Las Vegas du Moyent-Orient tout en gardant la sobriété dans la création des chambres avec des courbes douces et des lignes épurées. Il continue sa construction et ses projets dans l’hôtellerie de luxe en créant un hôtel luxueux à Milan pour revenir à ses racines italiennes.

Hôtel de luxe Giorgio Armani

L’hôtel Christian Lacroix 

Hôtel Le Bellechasse

hotel-christian-lacroix-le-bellechasse-paris

Equilibre entre tradition et audace, passé et présent, grande bourgeoisie et dolce vita : voici l’esprit de Paris vu par Christian Lacroix. C’est cet esprit parisien qu’il a tenté d’incarner à travers son hôtel Le Bellechasse dans le 4ème arrondissement. Cet hôtel représente, pour moi, la mode et le chic parisien dans tout leur éclat: les chambres sont somptueuses grâce à leur décoration composée de tissus riches et dorés, d’antiquités, les murs et les plafonds affichent de nombreuses peintures et des couleurs qui reflètent le style du créateur Christian Lacroix. Pour les voyageurs ou les rêveurs qui auraient envie d’y passer une nuit, les prix demeurent inabordables pour des fashionistas ou des bloggeuses en herbe. Cependant, ne désespérons pas, il y a toujours de beaux hôtels parisiens pour visiter Paris, une des plus belles villes du monde, il faut le reconnaître !

hotel-haute-couture-le-bellechasse-christian-lacroix

J’ai fini mon petit tour des hôtels des stylistes qui ont retenu mon attention, et vous lequel préférez-vous ?

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...