Apprendre à écrire…

En calligraphie ! Quand l’entreprise Viking m’a proposé ce challenge pour apprendre à écrire, je n’ai pas très bien compris. J’ai eu la chance de suivre de nombreuses années d’études, de pouvoir écrire des centaines de dissertations, de poèmes, de rédactions et de commentaires de texte. La question de l’écriture me semblait donc un peu étrange. Cependant, après avoir pris connaissance du projet, celui-ci a retenu tout mon intérêt ! Il s’agit en effet de sensibiliser sur l’illettrisme pendant ce mois de Novembre, qui est le mois de la littérature, grâce à un kit de calligraphie qui contient un guide d’apprentissage, des parchemins pour écrire de belles lettres, des stylos à plume et stylos de calligraphie et 1 canevas qui m’a permis de faire une jolie création artistique.

calligraphie-set-ecriture

Quelques données sur l’illettrisme…

L’illettrisme touche encore, et malheureusement, plus de 2 500 000 personnes en France, âgées entre 18 et 65 ans, ce qui me semble totalement hallucinant ! Cependant, c’est malheureusement la réalité… Ainsi, Viking m’a proposé de tenter d’écrire avec un style calligraphique, comme le faisait nos ancêtres, qui avaient d’ailleurs peu la chance de savoir lire et écrire, et qui prenaient le temps d’écrire de manière incroyable.

calligraphie-ecriture-citation-litterature

Ce challenge m’a totalement permis de me mettre dans la peau de quelqu’un qui apprenait à écrire car les techniques sont tellement différentes et difficiles qu’il m’a fallu de bonnes heures afin de comprendre à quoi correspondait chaque lettre et façon d’écrire, ensuite écrire avec le stylo à plumes approprié et enfin créer une phrase qui ressemble à quelque chose de lisible, plutôt qu’un fouillis de lettres entremêlées ! J’ai donc décidé de m’exercer et d’apprendre à écrire en mettant… en écriture des citations d’écrivains à propos de l’écriture. Ceci est ma façon à moi de comprendre et mettre en lumière à quel point l’écriture est importante dans la vie quotidienne de chacun.

L’art de la calligraphie

Ce challenge m’a également permis de redécouvrir la calligraphie, cet art d’écrire les lettres en traits séparés, en soulevant sa plume entre chaque trait. Je vous laisse donc imaginer la patience et l’adresse dont on a besoin afin de pouvoir écrire une phrase, contrairement au clavier d’ordinateur !

J’ai adoré redécouvrir l’écriture et apprendre à écrire en calligraphie. J’avais l’impression de me transporter dans différentes époques grâce aux différents designs de lettres qui vous transportent dans des pays et siècles différents. Ainsi, ma première citation de Jules Renard « Ecrire c’est une façon de parler sans être interrompu. » est « écrite » (j’ai, pour le moins, essayé) avec des lettres foundationals ou rondes. Ces lettres sont basées sur les lettres des manuscrits anglais du Xème siècle.

calligraphie-lettre-foundational-citation

Ma deuxième citation de Jules Barbey d’Aurevilly «  Ecrire est un apaisement de soi-même. » est écrite en lettres gothiques. Ce style gothique est utilisé pour les lettres des manuscrits rédigés en Europe du Nord entre le XIIIème et XVème siècle. Ce sont, de loin, les lettres les plus difficiles à écrire mais également les plus belles car elles ressemblent réellement à de petites œuvres d’art avec leurs losanges, ergots et lignes verticales.

calligraphie-lettres-gothiques-citation

Ma troisième citation de Voltaire « L’écriture est la peinture de la voix. » est écrite en style italique, ces lettres, toujours autant connues, qui ont été développées en Italie par les humanistes des XIVèmes et XVème siècles.

calligraphie-citation-voltaire

Enfin, ma quatrième citation de Louis Aragon, « Bien écrire, c’est comme marcher droit. » est écrite avec des lettres onciales. On retrouve ce style de lettres dans les manuscrits anglais de la fin du VIIème et début du VIIIème siècle.

calligraphie-ecriture-onciale-citation-aragon

Enfin, pour le canevas, j’ai gardé la citation qui me semblait la plus appropriée pour ce beau projet qui m’a permis de redécouvrir le plaisir que j’ai à écrire à la main et qui m’a également donné de supers idées pour créer de belles cartes de Noël, par exemple, ou encore des invitations pour des anniversaires ou tout simplement une belle citation à encadrer. Car, au final, comme le disait si bien Flaubert, « Ecrire, c’est une manière de vivre. »

calligraphie-ecriture-citation-flaubert

Lectures littéraires automnales…

Je vous propose aujourd’hui un voyage dans la littérature française et britannique avec les biographies littéraires de Georges Sand et des sœurs Brontë. Ces petits livres de 150 pages environ retracent, de façon littéraire en évoquant les œuvres de chacun des auteurs, la vie intime de ceux-ci. Je vous avais déjà parlé du roman qui parlait de la vie de Guy de Maupassant quand il avait 20 ans. J’écris aujourd’hui à propos de la vie Georges Sand et des sœurs Brontë afin de parcourir leurs vies personnelles à travers leurs magnifiques écrits.

Georges Sand à 20ans, Joëlle Tiano, Éditions Au Diable Vauvert, 2016

Je ne connaissais pas du tout l’histoire d’Aurore Dupin, cette artiste littéraire qui est notamment l’auteur de La Petite Fadette. On découvre alors que George Sand grandit en faisant face à l’abandon de ces deux parents : son père décède quand elle a seulement 4 ans et sa mère l’abandonne à sa grand-mère paternelle en échange d’une rente pour aller vivre à Paris. Aurore met en lumière un profil psychologique intéressant qui est partagé entre ses deux éducations : l’éducation populaire qui lui rappelle sa mère, qu’elle cherche tout au long de son enfance et adolescence, et l’éducation bourgeoise et raffinée de sa grand-mère qui s’évertue à lui enseigner les bonnes manières.

george-sand-joelle-tiano-livre-litterature-francaise

Joëlle Tiano explore aussi le paradoxe d’Aurore qui, après avoir été fortement attirée par les ordres religieux, termine finalement par les dénigrer au nom de sa liberté. Ce partage entre des sentiments contraires et des paradoxes se reflètent tout au long de sa vie et de son œuvre littéraire. Son sentiment de spleen après la naissance de son premier fils Maurice et l’attachement éperdu à son mari Casimir est également un écho qui laisse deviner, en réalité, son besoin de liberté de penser et de se sentir exister qui s’accentue de jour en jour. J’ai beaucoup aimé la façon dont Joëlle Tiano a mené ce voyage littéraire à travers la vie de George Sand en mettant en lumière tout un aspect psychologique et historique que j’ignorais jusqu’à présent, concernant cette auteur que j’appréciais tout particulièrement et que j’admire aujourd’hui d’autant plus grâce à ce beau portrait découvert…

Les sœurs Brontë, Stéphane Labbe, Éditions Au Diable Vauvert, 2016

J’ai beaucoup aimé la façon dont Stéphane Labbe a écrit cette biographie de la famille Brontë car j’ai réellement eu l’impression de lire un roman et non une biographie qui contait les faits historiques et personnels de la famille. Stéphane Labbe nous plonge directement dans les landes et les paysages brumeux et frais de la campagne anglaise pour nous dévoiler les secrets et les inspirations du royaume d’Angria (inventé par les aînés Charlotte et Branwell) et le royaume de Gondal (inventé par les plus jeunes sœurs Emily et Anne), qui rythment la vie et l’imagination des enfants Brontë.

les-soeurs-bronte-stephane-labbe-livre-litterature-anglaise

Ce roman nous invite à un voyage littéraire à travers l’univers familial et sentimental des 3 sœurs Brontë. Nous découvrons alors le profil de Charlotte, l’aînée, qui retrace son peu d’engouement pour l’enseignement à travers ses différentes œuvres littéraires telles Jane Eyre ou la personnalité d’Emily dans son roman Les Hauts de Hurle-Vent, sans oublier la petite dernière Anne avec son roman Agnes Grey. Contes du Duc de Zamorna, Hôtel Stancliffe, chaque sentiment et chaque source d’évasion se vivent à travers l’écriture de leurs œuvres afin de conter leurs expériences professionnelles en tant que gouvernantes ou enseignantes, leurs promenades dans les collines moors du Yorkshire ou le quotidien au presbytère d’Haworth, entre autres. J’ai adoré cet univers littéraire anglais qui convient parfaitement à ce temps automnal pour pouvoir accueillir l’automne tout en douceur et lectures…

Vous pouvez retrouver toutes mes critiques littéraires par ici, si vous souhaitez d’autres inspirations pour occuper vos soirées automnales !

Lectures d’été sur la plage au programme !

Je vous propose aujourd’hui des livres qui ont retenu mon attention (ou mes pensées à tout le moins !) pendant que je suis en train de bronzer sur la plage de Barcelone. Passant plus ou moins la majeure partie de mes samedis et dimanches sur la plage, j’apprécie avoir un livre pour pouvoir bouquiner quand le sommeil ne m’a pas emporté ! Vous pouvez aussi découvrir d’autres critiques de livres sur le blog tel qu’un livre très drôle sur un pétage de plomb chez François Ier, ou encore un sur la mode éco-responsable ou enfin un polar historique et fashion !

barcelone-livre-plage-or-des-malatesta-le-convoi

L’Or des Malatesta de Laurent Ladouari

Je ne suis normalement pas très fan des romans futuristes ou de science fiction mais ce roman de 835 pages m’a tout simplement emporté dans un univers qui m’a laissé époustouflée. Cette histoire à la fois réaliste et surréaliste nous transporte dans un monde futur où l’argent et l’appas de l’or rendent tout le monde fou… Est-ce d’ailleurs autant un roman futuriste ?… Sur fond d’histoire mafieuse et familiale, cette série est captivante par son intrigue qui  nous entraîne dans le plus profond de l’humanité et de ses sentiments les plus animaux tout en dépeignant une société futuriste qui semble plus réelle qu’autre chose. Ce roman m’a subjugué car il pose de nombreuses questions essentielles telles le devenir de l’humanité, les fondements humains et les habitudes de la société qui apparemment, ne changeront pas avec le temps. Laurent Ladouari nous invite à voyager dans un monde futur où se mêle intrigues d’argent, folie humaine, sentiments déployés, patrimoine exploré, une belle image et peinture de l’humanité, en soit…

Le convoi de Marijosé Alie

livre-le-convoi-marijose-alie-plage-barcelone

Ce magnifique roman de 393 pages nous emmène en voyage dans les denses forêts d’Amazonie et dans la culture de ses peuples et de sa nature. J’ai adoré lire ce roman et voyager avec chacun de ses personnages la petite Marie, la mère amante Félicité qui porte parfaitement son nom, Tiouca, le blanc, Suzanne aux sentiments si paradoxaux, la vieille sage qui sait lire à travers les signes de la nature et les comprendre. Ce roman m’a beaucoup touché car je suis très sensible et réceptive aux peuples qui vivent en respectant la nature et j’ai adoré le voyage que Marijosé Alie m’a permis de faire à travers son roman qui sent bon l’exotisme, le vert, la chaleur et de riches cultures sensibles, touchantes et attachantes. C’est le roman parfait pour vous faire voyager dans un univers de légendes, de sacré et de nature verte, humide et formidable…

Concernant la tenue de plage…

Maillot de bain : Oysho

Tongues : Lola Ramona

or-des-malatesta-laurent-ladouari-le-convoi-marijose-alie

« Beaton en Vogue » : exposition de ses photos « créatrices »

Parlons culture photo et art avec le magnifique livre : « Beaton in Vogue » qui rend un magnifique hommage photographique et littéraire aux créations de ce photographe. Ce livre comprend en effet les meilleurs clichés du photographe Cecil Beaton. Ce livre-hommage rappelle à quel point la mode et l’art photographique sont liés. J’ai d’ailleurs déjà écrit un article à ce sujet en présentant le livre « Women in Art » de Reed Krakoff. Les photos de « Beaton in Vogue » sont accompagnées par la poésie de Patrick Mauriès pour comprendre ces belles photos « créatrices ».

beaton-in-vogue-livre-photographe-cecil-beaton

Portraits de créateurs

cecil-beaton-photographie-coco-chanel-mode-art

Portraits royaux d’Elisabeth II, portrait royaux des rois et reines de la mode : Cecil Beaton a su capter le moment opportun pour photographier la personne. Celle-ci se raconte intimement à travers la photo. Ce photographe hors-pair a en effet fait parti de l’univers de Vogue pendant environ 50 ans. La lumière et le cadre sont maîtrisés pour révéler des personnes qui deviennent sculptures dans un décor d’étoffes et d’ornements, telles de véritables œuvres d’art photographiques. Il a su dévoiler à travers son objectif les personnalités, les faiblesses, la personne qu’était chacun de ces modèles. Coco Chanel, Yves Saint Laurent, Marilyn Monroe, Maria Callas, Audrey Hepburn, Mike Jagger, Marlene Dietrich : toutes ces stars se sont sublimées et laissées prendre par l’objectif de Cecil Beaton. Celui-ci dévoilant parfois plus qu’il n’aurait du…

photographie-cecil-beaton-audrey-hepburn-livre-beaton-in-vogue

Secrets de créateurs

dorian-leigh-par-photographe-de-mode-cecil-beaton-livre-beaton-in-vogue

Ce que j’adore dans les photographies de Cecil Beaton, c’est sa façon de dévoiler la personnalité de personnes qui semblent ne plus être humaines tellement on les adore. Fraîcheur, sensibilité, sensualité : Cecil Beaton nous invite à un voyage dans l’univers intime des créateurs. Créateurs de rêves, créateurs d’envie, créateurs de bonheur : chacun trouve son expression personnelle à travers l’objectif du photographe Cecil Beaton. On voyage dans l’univers luxueux des belles pièces de vêtement, on découvre les coulisses de l’intimité des acteurs, on se laisse illuminer par les lumières des projecteurs, on se laisse prendre au jeu de s’imaginer actrice, créatrice : ces personnages semblent si humains et réels… Cecil Beaton nous donne l’occasion de les incarner, le temps d’un rêve, de quelques minutes hors de la réalité…

Retrouvez également d’autres univers photographiques avec l’oeuvre d’Alice Sterling ou encore les superbes photographies d’Irving Penn sans oublier les photographies artistiques d’Oleg Oprisco.

cecil-beaton-photo-micke-jagger-mode-art

cecil-beaton-photographie-marilyn-monroe-mode-art

Women in Art : le livre où les femmes deviennent art

Nouveauté littéraire et artistique, le livre Women in Art de Reed Krakoff, le créateur américain, dévoile des femmes en noir et blanc dans un univers new-yorkais. Ce livre m’a fasciné par la sensibilité et la douceur que les photos exprimaient. C’est pourquoi je souhaiterais partager ces quelques lignes avec vous. Vous pouvez également retrouver d’autres critiques de livres à propos de la mode par-ici avec le livre sur une nouvelle vision de la mode responsable, sur un livre humoristique et historique à propos de la mode de la Renaissance et enfin un policier très bien menée avec de jolies tenues de mode.

   women-in-art-reed-krakoff

Vision sublimée de la femme artiste

livre-photographie-women-in-art-reed-krakoff-mode-femme

Reed Krakoff nous dévoile sa vision sur les femmes : une vision très sensible, artistique et contemporaine. La femme représentée par Reed Krakoff est la femme que chacune de nous souhaiterait incarner : une femme à la mode, belle par sa sensibilité, sa prestance, son physique, une femme bijoux d’art. Valentina Castellani, Almine Rech, Jeanne Greenberg, Lucy Chadwick, pour ne citer qu’elles : cette série de photographies nous dévoile les femmes galeristes et influentes dans le monde de l’art contemporain. Cette série de photo en noir et blanc apporte douceur et élégance à ces portraits intimistes de femmes artistes. Reed Krakoff a sélectionné 23 des femmes artistes les plus influentes dans le monde qui lui inspirent ses collections telles la galeriste Pearl Lam ou la parisienne Clémence Krzentowski. Ce créateur américain a trouvé dans ce livre une nouvelle expression créative grâce à la photographie.L’artiste dit lui-même qu’il a choisi de faire des photos en noir et blanc car c’était plus pur et moins gênant que la couleur. Saisir l’instant présent, l’instant artistique, l’instant qui sublimera la femme, Reed Krakoff a définitivement su manier son appareil photo : la sensualité et le charme sont au rendez-vous !

women-in-art-reed-krakoff-photographie-mode-art-femme

Style Reed Krakoff : sensualité et modernité 

photographe-reed-krakoff-femme-art-women-in-art

Reed Krakoff a travaillé pour Ralph Lauren ou Anne Klein avant d’être nommé directeur de la marque Coach (marque d’accessoires). Il insuffle à cette marque de maroquinerie une énergie nouvelle et plus sexy pour la transformer en marque chic new-yorkaise.Après ce succès, il lance sa propre marque éponyme en 2010. C’est une collection féminine de prêt-à-porter et d’accessoires qui met en lumière la vision de la mode du créateur : sensuelle et moderne. Il prône une nouvelle idée du luxe américain pour le rendre plus épuré et raffiné. Le style Reed Krakoff mêle minimaliste, silhouette structurée et couleurs ultra-saturées pour laisser conter toute la poésie de la mode tout en y alliant de l’utilité. Le créateur américain a photographié Laëtitia Casta pour incarner sa campagne printemps-été 2013 : elle incarne la sensualité moderne de la marque. La photographie devient alors langage au service de la marque, tout comme elle devient la poésie au service des femmes dans son dernier livre Women in art : Figures of influence.

photographe-reed-krakoff-avec-son-livre-women-in-art

Livre, mode, culture et histoire : Pétage de Plombs chez François Ier !

Je vous propose aujourd’hui la découverte d’un livre, d’un univers, d’une façon d’écrire, de la littérature contemporaine et enfin un rappel amusant et fin de l’histoire de France. Pétage de Plombs chez François Ier est un livre écrit par Ariane D, une journaliste, fashionista, parisienne, historienne et humoriste qui a tout simplement illuminé mes soirées estivales ou mes bains de soleil quand la chaleur n’avait pas eu raison de moi et que je ne m’envolais pas dans les bras de Morphée.

petage-de-plomb-chez-francois-ier-ariane-d

livre-mode-histoire-renaissance-francois-ier-ariane-d

J’ai adoré ce livre : finesse, humour, culture, c’est un petit bijoux d’histoire, d’analyse des différentes sociétés, des tendances et bien plus encore. Ce livre est une aventure dans la cour de François Ier qui permet de comprendre de façon littéraire et ludique les enjeux historiques qui s’y jouent, tout en fouinant un peu pour comprendre également les histoires d’amour, de sexe et de fêtes de cette époque Renaissance. Ariane D. est en effet « catapultée » dans l’époque de la cour de François Ier, grâce au rang de ses ancêtres. Français moderne et ancien français se côtoient pour donner naissance à des incompréhensions, des fous rires et des découvertes étymologiques qui ne m’ont plus d’une fois surprise !

histoire-france-renaissance-petage-de-plombs-francois-ier-ariane-d

livre-mode-histoire-france-petage-de-plombs-francois-ier-ariane-d

Ariane D, la parisienne moderne, se retrouve alors à devoir faire face à des aventures et des situations impossible telles, faire sa toilette sans savon, manger des mets inconnus, vouloir sauver un hérétique qui se fait brûler, hésiter pour un amour entre le roi François Ier et le beau duc de Bourbon qui deviendra le pire ennemi de la France… Ariane nous transporte dans l’histoire de la France à travers des faits divers, des pans de culture, des mots et de nombreuses photos qui mêlent notre mode contemporaine à la mode de la Renaissance.

petage-de-plomb-francois-i-er-livre-ariane-d-mode-culture-histoire

Maux de notre société contemporaine, maux de la société sous François Ier, Ariane nous permet de voyager à travers le temps, les mentalités et l’histoire tout en nous parlant intimement de notre génération, en nous apportant un point de vue objectif, qui m’a fait plus d’une fois réfléchir, tout en nous divertissant. Culture, mode, rires, histoire, philosophie : le présent disparaît un moment pour laisser place à l’écriture et la lecture… Un vrai plaisir !

 livre-mode-renaissance-histoire-france-ariane-d

The responsible fashion company : le livre vers une mode éco-responsable ?

Après vous avoir parlé la semaine dernière d’une initiative de mode durable qui recyclait les chutes de tissus pour créer des pièces de haute-couture, je continue dans ma lancée “mode responsable” en vous présentant aujourd’hui un livre, The Responsible Fashion Company qui nous parle de la mode éthique et ses enjeux. J’ai été invitée au lancement de ce livre par l’Ethical Fashion Initiative dont je vous avais présenté le projet dans cet article.

the-responsible-fashion-company-livre-francesca-romana-rinaldi

Réflexion sur la mode responsable et ses enjeux

conference-lancement-livre-the-responsible-fashion-company

ethical-fashion-lancement-livre-the-responsible-fashion-company-francesca-romana-rinaldi-salvo-testa

Cette soirée s’est avérée pour moi être une réelle réflexion sur la mode éthique et durable. Comment la mode peut être responsable quand les géants qui contrôlent la mode font partie des grands groupes qui polluent et exploitent le plus la planète ? Francesca Romana Rinaldi a ouvert des voies d’interrogations et de réflexion pour chacun à travers la présentation de son livre. Ainsi, la mode responsable consiste en plusieurs choses : éthique et esthétique tout en incluant un long voyage qui mène à une responsabilité commune à tous pour respecter la planète, les gens et faire tout de même des bénéfices pour le travail qui a été fait. La mode durable est aussi liée à une culture contemporaine qui s’éveille de plus en plus à l’écologie. Notre culture se rend finalement compte, petit à petit, que la sur-production de coton, les heures de travail impensables des artisans, la course au nombre accru de collection ne peuvent résulter qu’en catastrophe écologique et humaine, au détriment de l’esthétique et de la qualité qui différenciaient les collections de haute-couture des collections de prêt-à-porter…

mode-durable-ecologique-conference-londres-2014

mode-ethnique-durable-ethical -fashion-intitiative-people-tree

Repenser notre façon de consommer

mode-ethnique-ecologie-tendance-2014

mode-responsable-et-ecologique-lancement-livre-the-responsible-fashion-company

La mode responsable met également en lumière un problème de communication et médiatisation que les géants de la mode ont crée autour d’un monde qui s’est laissé emporté par la vague rapide de la société de consommation, pour oublier ses points forts qui, à l’origine, étaient la rareté et la beauté créées grâce à l’artisanat. Le consommateur a donc pris l’habitude de consommer des vêtements, des collections, tout comme il consomme un tee-shirt Primark dont la durée de vie ne sera que de quelques mois, mais qu’importe car, dans quelques mois la “mode” aura déjà changé… Ce livre est un réel appel à une nouvelle façon de penser et de consommer afin de redonner un nouveau souffle à la mode et sa création. En réalité, c’est peut-être tout simplement un appel à ouvrir les yeux et revenir à des valeurs sûres, artisanales, qui faisaient qu’une pièce pouvait se porter des années et faire toujours rêver, au lieu de consommer en quantité et réduire la qualité. Francesca a évoqué une citation qui a retenu mon attention et qui représente très bien le comportement que beaucoup de personnes qui consomment de la mode (c’est-à-dire tout le monde car nous devons tous nous habiller…) devraient adopter pour aider la mode et la planète à survivre : “If you don’t want to be part of the problem, then, be part of the solution.” (Si vous ne voulez pas prendre partie concernant un problème, alors, prenez au moins partie pour trouver une solution.) La mode devrait renouer ses racines avec l’artisanat pour, de nouveau, créer de la beauté et de l’art, à défaut de créer seulement de l’argent et du vent…

mode-responsable-ethique-people-tree-londres

vernissage-livre-the-responsible-fashion-company-londres-octobre-2014

La mort s’habille en crinoline : quand histoire et mode se mêlent à des meurtres…

Un retour vers le XIXème ? Un voyage dans le temps des crinolines et des débuts de la haute-couture ? Une invitation à mener l’enquête dans le milieu de la cour ? Une croisière dans la beauté de la langue française ? Je vous présente aujourd’hui La mort s’habille en crinoline de l’écrivain Jean-Christophe Duchon-Doris…

La mort s'habille en crinoline

Je viens de revenir au XXIème siècle après une excursion dans le XIXème dans le monde de la mode, de la couture, de l’art. Ce voyage m’a tellement fascinée que je devais vous en faire part aujourd’hui ! Voici le livre La mort s’habille en crinoline qui nous conduit dans le milieu royal du Second Empire où apparences, jeux de couture et envie de pouvoir sont les maîtres mots. Jean-Christophe Duchon-Doris nous présente la Comtesse de Castiglione, une beauté fatale italienne qui conquiert le coeur de Napoléon III lors du grand bal des Tuileries. A l’occasion de ce bal mythique, la Comtesse a demandé à des couturières de créer une crinoline digne de conte de fée pour briller de mille feux et devenir déesse mystérieuse de la cour royale française. Pendant trois ans, cette femme de pouvoir étincelle et resplendit grâce à ses extravagances vestimentaires : elle devient donc une femme “à la mode” qu’il faut à la fois jalouser, et imiter. La Comtesse de Castiglione est la première créatrice et mannequin de la haute-couture, un rôle qui est synonyme d’envies et de jalousies et qui fait tourner des têtes et des coeurs. Sept ans plus tard, le jeune officier Dragan Vladeski retrouve le sosie de la Comtesse, portant la célèbre crinoline du bal des Tuileries, égorgée et dérivant sur la Seine. En menant l’enquête, il découvre petit à petit d’autres cadavres… Comment une robe, aussi célèbre soit-elle, pourrait être à l’origine de meurtres ? Cette crinoline étoufferait-elle des secrets d’Etats bien gardés ?

Crinoline Second Empire

Ce livre a été une merveille pour mon imagination et mes yeux. En effet, la langue utilisée par Jean-Christophe Duchon-Doris est pleine de magnifiques images et métaphores qui permettent de s’habiller en crinoline et devenir une femme du XIXème, le temps d’un chapitre. Les recherches effectuées par l’écrivain permettent de découvrir l’histoire de la mode, la vie quotidienne de la cour sous le Second Empire tout en faisant un détour dans le milieu ouvrier et populaire de Paris au XIXème. Culture, histoire, haute-couture, royauté : les mots de Jean-Christophe Duchon-Doris sont parfaitement choisis pour retranscrire la beauté de cette époque. La mode demeure un monde de paillettes, d’étincelles et de convoitises que la langue française et sa richesse peuvent traduire parfaitement. L’intrigue policière est parfaitement menée pour tenir en haleine : j’ai pu ressentir l’excitation quand on pense avoir trouvé le coupable, puis la déception de s’être trompé pour finir par continuer à se laisser emporter par le flot des mots envoûtants des robes de soirée flamboyantes ! Entre mode, art, histoire, amour, intrigue, ce roman m’a sorti du gris londonien pour m’envoler vers les lumières de ce siècle d’or, d’histoire et de changements : les voyages imaginaires s’habillent aussi en crinoline… 

Crinoline, robe Second Empire

Photos : secondempire-moderomantique-crinolines-etc.fr

L’univers de Karl Lagerfeld à travers ses citations

Je vous parle aujourd’hui du célèbre directeur artistique de Chanel: Karl Lagerfeld. Ce dernier a fait parler de lui à deux reprises dernièrement et il me semblait intéressant de s’y attarder, le temps d’un article. Un livre, disponible à l’automne 2013, recueille ses plus célèbres citations pour le plaisir de rire ou réfléchir, selon l’humour de chacun, tandis qu’une émission allemande a filmé son auto-proclamation en tant que “pape de la mode”. Deux évènements qui m’ont décidé à parler, encore, de lui !

livre-karl-lagerfeld-le-monde-selon-karl

Les “Karlisms” à l’honneur

Surprenantes, amusantes, interrogatrices : les citations de Karl, renommées Karlisms en feront certainement rire plus d’un. Par gentillesse (stratégie marketing ?), le couturier a mis en avant-première certaines de ses citations sur son site internet. Je vous fait part de quelques-unes de ces perles qui illustrent bien “Le monde selon Karl” (qui n’est autre que le titre du livre) :
« La personnalité commence là où s’achève la comparaison ».
« Les pantalons de jogging sont un signe de défaite. Vous avez perdu le contrôle de votre vie, donc vous sortez en jogging. »
J’apprécie le ton aiguisé et insolent de certaines de ses citations qui révèlent quelqu’un qui est tellement adulé qu’il ne semble plus avoir aucun pied dans la réalité. Cela révèle, de façon analogue, le monde de la mode dans lequel il évolue : un monde qui est souvent superficiel et qui ne se rend pas toujours compte de la réalité des choses. La célébrité tue l’humanité de la personne pour laisser place à un personnage qui joue le théâtre de sa vie avec les pantins qui évoluent autour de lui. Le livre est composé de plusieurs parties qui recoupent des thèmes selon ses citations : la mode, Choupette (sa chatte est aussi à l’honneur), le Guardian, Vice, Métro, l’homosexualité, le luxe… Le monde selon Karl est une réelle vision intérieure du personnage et de la mode qu’il incarne. Il le dit d’ailleurs lui-même : « Je suis comme une caricature de moi-même. C’est comme un masque. Pour moi, le Carnaval de Venise, c’est toute l’année. » Ce livre est bien plus qu’un recueil de citations. En réalité, il recueille la vie quotidienne et les pensées d’un homme que la mode a investi. Il ne vit qu’à travers, et pour, elle. Ce qui explique certainement pourquoi il s’est auto-proclamé « Pape de la mode ».

karl-largerfeld-pape-mode-alexsandro-palombo

La mode a trouvé son pape !

Un documentaire nommé « Mode Als Religion » (La mode comme religion) a été diffusé le 7 septembre 2013 sur la chaîne allemande Vox. Il s’avère que pour le célèbre créateur la mode soit effectivement une, ou, tout du moins, sa religion ! Je fais le lien avec le livre des citations de Karl Lagerfeld car les dires de celui-ci illustrent aussi mes réflexions précédentes. Le thème de cette émission était la mode en tant que religion, illustrée à travers la vie quotidienne de Karl Lagerfeld pendant 16 mois. Comment voulez-vous qu’il ne se déclare pas missionnaire de la mode avec une telle émission ? Tous les moments de sa vie – défilés, séances photos, créations – et l’émission le proclament aussi, indirectement, pape de la mode. Il n’a pourtant pas attendu que la journaliste le fasse : il s’est déclaré lui-même « missionnaire de la mode » et les magazines de mode seraient chacun des Bibles… Une réflexion qui a interpellé l’illustrateur italien Alexsandro Palombo qui a descendu Karl Lagerfeld de son piédestal en le dessinant de façon humoristique et ironique avec ces croquis « Pope Chic ».

karl-lagerfeld-pape-mode-anna-wintour-papesse-mode

Il faut cependant reconnaître que mode et religion semblent étroitement liées quand on voit les effets que la mode ou les créateurs peuvent avoir sur les fashionistas ! Anges mannequins, fidèles fashionistas, papesse Anna Wintour, pape Karl Lagerfeld… A quand le « Je vous salue fashion » ?

Retrouvez mes critiques littéraires à propos d’autres livres sur la mode ici !

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...